Éditions Fradet



 dfrachamp100.jpg

Champagne !
Jacques Mambret

Des petits chefs-d'oeuvre d'imagination, d'élégance,
de drôlerie...


Commandez
Champagne !

en ligne :
amazon.fr
fnac.com
7ici
ou
auprès de l'éditeur



 


Champagne ! Signé Benjamin Rabier



champagne_delbeck_benjamin_rabier.jpg

Champagne Delbeck. Par Benjamin Rabier. Azor contemple l’image que lui renvoie une bouteille de Delbeck Cuvée Hélios. Benjamin Rabier est le créateur d’animaux qui lui survivront, tels Azor le chien, Gédéon le canard (créé en 1923 et annonciateur de Donald), la célèbre Vache qui rit (1924), l’âne Picotin, Jeannot le lapin, Chanteclerc le coq... Maria Navet déclarera à son propos : «Walt Disney lui doit certainement beaucoup»


champagne_benjamin_rabier.jpg

Champagne Léon Chandon. Par Rabier. Alfred Bouchardeau, imprimeur lithographe, 18, place d’Erlon, Reims. Benjamin Rabier crée de nombreuses cartes postales publicitaires : pour les biscuits nantais Ducasse et Guibal par exemple, la chicorée À la Bergère, le dentifrice Dentol, la Phosphatine Falières, les chocolats Lombard, Poulain, les chaussures Raoul, l’alcool de menthe Ricklès, le champagne Delbeck ou encore — et c’est le comble pour un dessinateur proche des animaux! — les cartouches Gévelot...


Natif de La Roche-sur-Yon, Benjamin Rabier (1864-1939) fait ses études à Paris où sa famille — son père est menuisier — est installée depuis 1869. L’un de ses premiers succès, en 1878, est un prix de dessin de la Ville de Paris.

Au départ, ses revenus sont ceux, modestes, d’employé à la Caisse commerciale de Paris, puis de préposé à la perception des taxes à la préfecture de la Seine, promu plus tard vérificateur, inspecteur ensuite. C’est en prenant sur son temps libre qu’il suit des cours de dessin.

Le soir, pour arrondir ses fins de mois, il est contrôleur au Nouveau Cirque, où il  rencontre le célèbre Emmanuel Poiré dit Caran d’Ache. Grâce à lui, il peut présenter et faire insérer des dessins au Gil Blas illustré.

Rapidement il collabore à La Chronique amusante et à deux journaux anglais, Scrap et Pick me up. Après quoi il n’y a sans doute pas de titre parmi les très nombreux magazines de l’époque qui ne le publie une semaine ou l’autre, dans un numéro ou dans un autre.

Il dessine des albums — plus de quarante d’entre eux sont édités chez Garnier — qui sont pour la plupart d’excellentes histoires en images. Il illustre des œuvres de La Fontaine, Florian, Buffon, Jules Renard, etc., travaille pour Pellerin, l’éditeur des images d’Épinal, en 1906. Il est également l’auteur de très nombreuses cartes postales publicitaires.

«Modeste, un peu sauvage, il fuyait la publicité et les mondanités et l’on aurait pu penser qu’il ne dessinait que pour lui et pour ses enfants. On le voyait pourtant à Montparnasse, cherchant ses gags en se promenant dans le cimetière ou bavardant avec d’autres artistes à la terrasse de La Coupole.» (Michel Melot)

Extrait de Champagne ! de Jacques Mambret. © Éditions Fradet, 2002.